Logo

Paroisse
Saint-Jean-Paul II

Croix
Accueil Feuillet paroissial Revue "En communion"  Formation à la vie
 chrétienne - enfants
Baptêmes, décès,
mariages
 
Message de l'évêque
 
Le 22 mars 2017, Mgr André Gazaille émettait une lettre pastorale intitulée "Pour avancer dans le passage missionnaire".
Ci-dessous, l'introduction de cette lettre et un lien pour accéder au document intégral (avec possibilité de l'imprimer).


Mes chers collaborateurs et chères collaboratrices,

Voilà six ans que je suis évêque de Nicolet et j’éprouve beaucoup de joie à exercer mon ministère au milieu de vous. Depuis mon arrivée, nous avons presque complété une phase de réaménagement pastoral en créant de nouvelles paroisses. En novembre 2015, j’écrivais une Lettre pastorale qui s’adressait à tous les baptisés dans laquelle je présentais une vision et des priorités pour vivre le passage missionnaire. Je proposais aussi un Guide pastoral, à vous mes collaborateurs et collaboratrices, qui présentait les structures pastorales pour favoriser l’unité et la proximité dans les nouvelles paroisses. J’y énonçais aussi quelques jalons sur le défi d’un leadership de communion dans le passage missionnaire de la paroisse. Ces trois défis sont toujours actuels pour avancer dans le tournant missionnaire.

L’Esprit est à l’oeuvre! Une invitation pressante de l’Évangile m’interpelle intérieurement : «Allez de toutes les nations, faites des disciples!» (Mt 28,19) Comme pasteur de l’Église de Nicolet je me demande : Comment pouvons-nous y répondre aujourd’hui dans un monde qui a tellement changé? En fait, on est dans un monde qui subit des transformations importantes. Notre société est en profonde mutation. L’Église essaie de s’adapter mais nous perdons nos repères et il devient difficile d’évangéliser un monde qui semble plus éclaté, moins homogène qu’avant et très loin de l’Église.

De plus en plus, on constate un décalage entre la vie des gens et nous qui voulons annoncer cette Bonne nouvelle de l’Évangile du Christ qui transforme toute vie humaine, faisant naitre des êtres humains debout et pleinement libres. Devant ce fossé qui prend forme, on peut tomber dans le pessimisme et la morosité. Ce piège nous guette tous et toutes, celui de choisir de se replier entre nous en voulant se protéger le plus possible. Le monde a changé, nous devons, à notre tour nous convertir personnellement et collectivement - changer nous aussi dans nos manières d’être et de faire. Un autre piège qui nous guette serait de croire que devenir une Église missionnaire c’est facile. Non, devenir une Église en sortie ce n’est pas facile à faire, à vivre. On peut en parler longtemps et ne rien faire… ou pire encore croire qu’on le fait déjà parce qu’on a mis un peu de vernis sur nos pratiques de chrétienté. Moi le premier, à titre d’Évêque et, chacun et chacune de vous, avons à nous convertir dans nos manières de faire

Aller au texte complet